Gaspard Rigaud, portrait de jeune militaire, 1694, collection particulière © Bonhams Londres

Gaspard Rigaud, portrait de jeune militaire, 1694, collection particulière © Bonhams Londres

Après le couple inédit vendu à Rome par la maison Arcadia le 22 mars dernier, un nouvel ovale peint par Gaspard Rigaud en 1694 réapparaît le 12 avril prochain chez Bonhams à Londres (lot 114). Réapparition effectivement car cet élégant militaire avait déjà connu le feu des enchères à New York, chez Christie's, le 10 janvier 1990 (lot 55). Sur un fond neutre, le jeune homme est figuré en buste, vêtu d'une armure que décore l'écharpe blanche galonnée d'or du commandement militaire. La perruque, aux tignons encore peu développés, corrobore parfaitement la datation que révèle une ancienne inscription, retranscrite au dos du tableau après le rentoilage : « fait par gaspar Rigaud Le Jeune à Paris en 1694 ».

Gaspard Rigaud encore... ou l'éloge de la douceur

Le cadet Rigaud est ici encore sous l'influence très nette de son frère Hyacinthe dont il emprunte à l'envi les nombreux codes dévolus aux attitudes reposées. Malgré une couche picturale légèrement aplatie suite ou doublage de la toile, la fraîcheur du pinceau de l'artiste reste palpable., principalement dans l'épaisseur des matières sur l'armure ou dans le picage maîtrisé de la cravate de dentelle. Avec son air mélancolique, si caractéristique dans l'œuvre de Gaspard, le modèle semble en dehors du temps de la pose. Est-il résigné par l'avenir incertain que lui réservent les champs de bataille ou, au contraire, se sent-il comme détaché d'un habillement qui se serait qu'une simple mise en scène de convenance ?

Gaspard Rigaud encore... ou l'éloge de la douceur
Gaspard Rigaud encore... ou l'éloge de la douceur
Gaspard Rigaud encore... ou l'éloge de la douceur
Gaspard Rigaud encore... ou l'éloge de la douceur

Petit à petit — et ce n'est pas pour déplaire — le corpus du jeune Rigaud, disparu prématurément à l'âge de 44 ans, se révèle et s'étoffe. Ses œuvres, certaines attestées par la signature, permettent désormais de mieux appréhender sa manière et ses tournures de langage. Elles aident aussi l'historien à lui réattribuer sans trop d'hésitation désormais, plusieurs toiles qui erraient jusqu'ici dans l'entourage bien pratique de maîtres plus prestigieux. C'est le cas par exemple du bel inconnu du musée d'Indianapolis, que l'on a vu en 2016 un peu trop rapidement donné à Hyacinthe Rigaud, mais dont les yeux ronds interdits et la chaconne bleue aux plis un peu naïfs, ne peuvent lui revenir. Si le musée américain propose d'ailleurs prudemment l'« entourage » de l'aîné des Rigaud, nous pensons séduisante, l'idée de rentre au cadet cette belle réalisation dont le style (notamment de la perruque) est à dater des dernières années du XVIIe siècle plutôt qu'à la première décennie du siècle suivant.

Gaspard Rigaud, portrait d'homme, v. 1695. Indianapolis museum of art, inv. 56.56 © d.p.

Gaspard Rigaud, portrait d'homme, v. 1695. Indianapolis museum of art, inv. 56.56 © d.p.

C'est encore celui de deux portraits de jeunes femmes ci-dessous, donnés pour celui de gauche à « l'entourage » de Nicolas de Largillierre et pour l'autre « au style » du même artiste. On y reconnaît pourtant le vocabulaire de Gaspard, du « retombé » un peu rigide des tissus jusqu'à la poésie de ces visages au regard un peu fixe. On ne doute pas que le truchement du nom de Largillierre, pris par défaut, ait eu l'effet de mieux présenter ces ovales non identifiés et l'on espère qu'à l'avenir, le corpus des grands maîtres s'en trouvera d'autant dépoussiéré pour mieux rendre justice à leurs élèves dont on borne à peine les catalogues...

Gaspard Rigaud, portraits de jeunes femmes. collections particulières © d.r.

Gaspard Rigaud, portraits de jeunes femmes. collections particulières © d.r.

signature de Gaspard Rigaud sur son acte de mariage avec Marie Marguerite Caillot en 1692 à Paris © photo Stéphan Perreau

signature de Gaspard Rigaud sur son acte de mariage avec Marie Marguerite Caillot en 1692 à Paris © photo Stéphan Perreau

Retour à l'accueil