Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Suivez l'actualité du peintre Hyacinthe Rigaud (1659-1743). Inscrivez-vous !

Comparution et arresté de comptes ensuite de l'exécution testamentaire de Hyacinthe Rigaud

 

PICT0345.JPG

Page de titre de la minute de l'arrêté de compte.

Paris, archives nationales, MC, ET/LIII.319 © photo Stéphan Perreau

 

La Comparution et l’Arresté de comptes ensuite de l’exécution testamentaire du peintre Hyacinthe Rigaud, faits par le notaire Louis Billeheu du 6 février au 26 mars 1747 (ét., LIII, liasse 319) est un volumineux document de 88 folios recto / verso égrenant tous les paiements et les recettes réalisées au terme de la succession de Rigaud par son exécuteur testamentaire, Billeheu.

 

Le document avait été en partie transcrit par Claude Colomer dès 1973, mais ses chapitres furent résumés et parfois abrégés avec quelques erreurs de lecture. Nous étions donc revenu au document original dès 2004, à partir de la minute toujours conservée dans la liasse 319 de l’étude LIII[1].

 

PICT0370.JPG

Détail des 6e et 7e chapitres de l'arrêté de compte avec l'écriture caractéristique du notaire Louis Billeheu. Paris, archives nationales, MC, ET/LIII.319 © photo Stéphan Perreau

 

De précieux renseignements y sont retranscrits comme certaines procurations annexées au document. D’autres personnages y sont mieux décrits que dans l’Inventaire après décès ou les testaments de Rigaud. Le document donne également un état complet des sommes qui furent tirées de la vente après décès du peintre et reversées à ses différentes légataires.

 

PICT0394


Signatures des notaires Billeheu et De Langlard ainsi que d’Elisabeth Marguerite Ranc et de son cousin Joseph Dubois

Paris, archives nationales, MC, ET/LIII.319 © photo Stéphan Perreau

 

Téléchargez ici le PDF de la transcription complête du document

(demandez le mot de passe pour l'ouvrir merci)
 

[1] Le Bulletin de la Société de l’histoire Français de 2009 (p. 87, note 92) signalait fautivement le document comme perdu.