Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez l'actualité du peintre Hyacinthe Rigaud (1659-1743). Inscrivez-vous !

05 Dec

Rigaud et l'exposition Lastic

Publié par Stéphan Perreau

9782350391021FS.gif

 

Nous étions conviés hier soir au vernissage Senlisien de l'exposition Georges de Lastic (1927-1988), le cabinet d'un amateur, première étape de la redécouverte de cette inestimable collection confectionnée par l'ancien conservateur du musée de la Vènerie de Senlis et du musée de la Chasse et de la Nature à Paris.

 

L'occasion aussi d'y revoir les beaux Rigaud que l'on peut admirer à l'année au très beau château de Parentignat, où nous sommes repassés cet été.

 

A Senlis donc, on peut voir la spectaculaire effigie de la comtesse de Lignières, née Boucher de Sourches. On conseillera l'excellent catalogue de l'exposition, dirigé par Pierre Rosenberg et dont les notices sur les tableaux de Rigaud ont été sûrement rédigées par Dominique Brème (pour la comtesse de Lignières, p. 156-157).

 

1696---comtesse-de-Linieres--dessin--Harvard-.jpgLa comtesse de Lignières - Harvard University, Fogg Art Museum. Inv. 1979.65

 

Peinte en 1696, la nouvelle Madame de Lignières, fille du marquis de Sourches (le célèbre mémoraliste), avait épousé le comte de Lignières en 1694. Louis Colbert, seigneur de Civry-la-Forêt, avait commandé pour sa part son portrait à Rigaud l'année de son union, contre 110 livres, soit un buste (Joseph Roman, Le Livre de raison du peintre Hyacinthe Rigaud, 1919, p. 37, 41). L'aide d'atelier Verly avait d'ailleurs été rétribué 5 livres pour en avoir confectionné le vêtement. En 1703, le comte commandera à nouveau un buste valant 150 livres.

 

L'historique de l'ovale de Parentignat et de sa confection est développé dans le catalogue. On voit que la pierre noire et rehauts de blanc, avec traces de gouache blanche sur papier bleu (H. 30,6 ; L. 24,2.) conservée au Fogg Art Museum de l'université d'Harvard reprend exactement l'attitude. du tableau de la collection Lastic. Probablement commandée dans les années 1707-1708 à Montmorency, dessinateur attitré de l'atelier, la feuille conserve des traces de mise au carreau, sans doute en vue d'une gravure non réalisée.

 

La comtesse de Lignières sera également, comme son époux, peinte par Nicolas de Largillière. On y reconnaît bien les traits présents dans l'ovale de Rigaud, présenté à Senlis.


LIGNIERES--Marie-Louise-Boucher-de-Sourches--comtesse-de--P.jpg

Nicolas de Largillière - La comtesse de Lignières.

Commenter cet article

Archives

À propos

Suivez l'actualité du peintre Hyacinthe Rigaud (1659-1743). Inscrivez-vous !