Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez l'actualité du peintre Hyacinthe Rigaud (1659-1743). Inscrivez-vous !

28 Nov

Le marquis d'Avaray dévoilé par Hyacinthe Rigaud

Publié par Stéphan Perreau

marquis-d-Avaray-Rigaud.jpg

Anonyme d'après Hyacinthe Rigaud - portrait du marquis d'Avaray - coll. priv. © Jakobowicz

 

« Claude Théophile de Bésiade, marquis d’Avaray, Baron de Lussay, Seigneur de Létiou, Courbonson & la Brosse-Montmort, Chevalier des Ordres du Roi, & Lieutenant-Général de ses Armées, trouva la succession de son père dans le plus grand désordre. II ne voulut pas y renoncer, & fut obligé d’abandonner toutes ses terres de Béarn pour le payement des créanciers : elles pasterent dans la Maison de Gassion. Il fut d’abord page de Monsieur frère de Louis XIV, ensuite Cornette dans le Régiment de Cavalerie de Sourdis en 1671, & Capitaine dans le même Régiment en 1675. Il eut une commission du roi en 1688 pour lever un Régiment de Dragons, fut fait Brigadier en 1694, & Maréchal-de-Camp au mois de Janvier 1701. Le Roi le chargea au mois de Juillet suivant du commandement des troupes auxiliaires que Sa Majesté avoit envoyées dans le Royaume de Naples. Ayant été nommé Lieutenant-Général le 10 Février 1704, il fut employé-dans l’Armée d’Espagne, & eut le bonheur de décider en 1707 le gain de la fameuse bataille d’Almanza, qui assura la Couronne d’Espagne à Philippe V. Le Roi lui accorda le 10 Février 1708 une pension de 4000 liv. II fit ensuite toutes les campagnes de Flandres, fut employé & servit avec la plus grande distinction dans les guerres terminées par les traités de Nimegue, de Riswick & de Bade. Il fut envoyé en 1715 Ambassadeur en Suisse, où il resta jusqu’en 1723 ; obtint pendant cette Ambassade le Gouvernement & le grand Bailliage de Péronne, & la Lieutenance-Générale au Gouvernement des villes de Péronne, Montdidier & Roye, fut pourvu le 3 Juillet 1719 des provisions pour la sixième place de Grand-Croix de l’Ordre de Saint-Louis[1] ; & le Roi voulant bien le dispenser, en considération de ses services & par distinction particulière, de passer par le grade de Commandeur, il eut permission par la même Lettre du Roi de prendre tout de suite le titre & les marques distinctives de cet Ordre, dont il obtint la pension de 6000 livres en 1711. Ayant été rappellé de son Ambassade en 1726, le Roi lui fit l’honneur de lui écrire, qu’étant satisfait de ses services, il avoit résolu de l’associer à son Ordre du Saint-Esprit dans la première promotion . Il eut au mois d’Octobre 1733 des pouvoirs pour commander dans toute l’étendue des Provinces de Flandres & de Hainault ; fut nommé Chevalier des Ordres le 2 Février 1739, reçu le jour de la Pentecôte suivant, & mourut le 6 Avril 1745. II avoit épousé le 6 novembre 1691 Demoiselle Catherine-Angélique Foucault, décédée le 28 Avril 1728, fille de Joseph Conseiller d’Etat, Secrétaire du Conseil, Directeur des Finances de Sa Majesté, & Intendant de Caen, & de Dame Marie de Metreseau. »

 

Cette notice fournie du célèbre Dictionnaire de la Noblesse[2], dévoile les grandes lignes de la biographie du marquis d’Avaray, homme de guerre et amateur d'art qui descendait de la famille (non noble) de La Voyrie, et possédait, dans un faubourg de Sauveterre de Béarn, la maison de Bésiade, dont elle prit le nom.

 

Claude-Théophile de Bésiade (1655-1745), second marquis d’Avaray, fils de Jacques de Bésiade, dit Sauveterre, se présenta en 1716 aux portes de l’atelier de Rigaud, tout auréolé de ses fonction d’ambassadeur en Suisse[3]. Il ne commanda néanmoins qu’un buste, sur le principe de l’« habillement répêté »[4], et dont seule une copie vendue le 20 novembre 2001 au château de Vaux-le-Vicomte par la maison Jakobowicz & Associés nous évoque le souvenir (lot 142. Huile sur toile, 81 x 65 cm). Donné comme école de François de Troy et d'une qualité franchement médiocre, le prototype doit pourtant être rendu au vocabulaire du peintre catalan. En effet, la posture, réduction de celle employée pour le duc de Bourgogne (1703), correspond à celles produites par Rigaud dans les années 1712-1714 contre 200 livres. On en a de très bons exemples avec le portrait du comte Durazzo (Totona, musée Civico) ou celui du marquis du Luc (collection particulière).

 

Durazzo-Vintimille-Rigaud.jpg

à gauche : Hyacinthe Rigaud - portrait du comte Durazzo - 1712 (Totona, musée Civico) © d.r.

à droite : Hyacinthe Rigaud - portrait du marquis de Vintimille du Luc - 1712 (collection particulière) © d.r

 

Si le marquis d’Avaray paya 100 livres de plus, c’est que son portrait devait avoir été réalisé avec une petite variante, ou cadré plus large, comme l’indique l’intitulé de la copie réalisée par La Penaye : « Une armure d’après Mr d’Avaret sur le buste du maréchal de Villeroy »[5]. La présence du cordon bleu de l’ordre du Saint-Esprit, obtenu en 1739, pourrait faire penser à une adaptation du modèle primitif.

 

Justement, si Villeroy brandissait un bâton de commandement dans son effigie de 1698 (et dans la planche d’Edelinck, réalisée en 1705), ceci à l'imitation du portrait du Grand Dauphin, l’estampe en contrepartie du graveur Lyonnais Antoine Leclerc, plus tardive, rejoignait la posture de la toile de Vaux. Villeroy-Rigaud-gravures.jpg

à gauche : Antoine Leclerc d'après Hyacinthe Rigaud - portrait du maréchal de Villeroy - v. 1720 © Stéphan Perreau

à droite : Gérard Edelinck d'après Hyacinthe Rigaud - portrait du maréchal de Villeroy - v. 1699 © Stéphan Perreau


Le même principe de réduction et d'adaptation avait d'ailleurs été utilisé entre l'effigie peinte du fils de Louis XIV et l'estampe de Drevet... Il n’est donc pas incongru de voir dans le faible tableau vendu 2300 euros le 20 novembre dernier, un souvenir du portrait original peint par Rigaud en 1716.

 

Saint Simon avouait en 1709 que « Béziade […] montra de la valeur et de l’aptitude, il eut des emplois à la guerre, […] il est devenu lieutenant général. Il a bien clabaudé de n’être pas maréchal de France et de voir ses cadets y être arrivés, et à la fin on l’a fait chevalier de l’ordre, qu’il n’a fait la grâce d’accepter qu’avec beaucoup de répugnance et de délais. Il avait été quelque temps ambassadeur en Suisse, et n’y avait point mal réussi ».



[1] D’Hozier, 1817, I, p. 181, 182 (3 mars 1700).

[2] t. II, 2e édition, Paris, 1771, p. 484.

[3] Paiement inscrit aux livres de comptes en 1716 pour 300 livres (« Mr le marquis Davaret [Avaray], lieutenant général, ambassadeur en Suisse. Habillement répété ») ; figurait dans les salons de la rue de Grenelle jusqu’au début de la guerre de 1914. Roman, 1919, p. 181.

[4] Vêture réalisée par Charles Sevin de la Penaye qui en fut payé 12 livres : « Habillé le buste du comte d’Avaret » (Roman, op. cit., p. 182).

[5] Roman, op. cit., p. 183.

Commenter cet article

Henry 07/12/2015 01:06

Could I please use the photo of the painting of the Duke of D'Avary on my blog about the Chateau D'Avary?

Pierre Jean Gayrard 24/05/2014 15:19


à M. Sttéphan Perreau


Monsieur, je dois publier un article historique sur la famille des comtes de Vintimille du Luc. Or, je ne trouve la reproduction de son portrait par H. Rigaud que sur votre publication. Mais
celle-ci est inutilisable car en basse définition. Possédez-vous l'image en meilleure qualité ? Si oui, pourriez-vous me l'adresser en JPG ? Y a-t-il des droits ? Notre revue est le "Bulletin de
la Société d'Etudes Scientifiques et Archéologiques de Draguignan et du Var".


Mes compliments pour votre travail.


Bien à vous


PJ Gayrard 

Stéphan Perreau 24/05/2014 20:26



Monsieur,


Vous pouvez m'écrire via la case contact mail de mon blog pour que nous échangions.


Bien cordialement


Stéphan Perreau



Archives

À propos

Suivez l'actualité du peintre Hyacinthe Rigaud (1659-1743). Inscrivez-vous !